· 

Les Lucioles - Poésie

Dans l'affolement de leurs courses,

De petites mouches de flammes

Semblent jaillir des noires sources

En resplendissants rayons d'âmes ; 

 

C'est que, dans les reflets d'étoiles,

Traçant sur l'eau des auréoles,

Comme des filaments de voiles

En feu, passent les lucioles. 

 

Elles disparaissent dans l'ombre

Avec les morts et les fantômes ;

Puis, soudain, surgissent du sombre

Comme de lumineux atomes,

 

Brillantes des clartés de lune,

Blanches des éclats de lumière

Que leurs ailes font dans la brune

Dont s'enveloppe la clairière. 

 

L'oeil suit leurs vives arabesques,

Leur capricieuse volée :

Zigzags d'éclairs d'or pittoresques,

Clairs flocons de lumière ailée. 

 

Et longtemps, sans lasser leurs ailes,

Éprises de courses frivoles,                                                                                  Le long des heures solennelles

                                                                                                                           Passent les blondes lucioles.

 

Albert Lozeau (1907) - Poésies Québécoises Oubliées.

Tiré de : Albert Lozeau, L'Âme Solitaire, Paris, F. R. Rudeval Éditeur, 1908, p. 57-58.

(Source : Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec, vol. 2)

 

Vous aussi rêvez, écrivez-nous des textes, des dessins, observez les insectes lumineux ! Vous pouvez remplir la fiche-enquête en ligne, ou la renvoyer avec vos coordonnées (tel ou mail).

Vos données seront utilisées uniquement dans le cadre de ce programme de l'Observatoire Ti bèt a limè.

Vos textes et dessins seront publiés ici avec votre nom (ou pseudo).

Écrire commentaire

Commentaires: 0